Pour recevoir gratuitement votre CATALOGUE DE POSES   Cliquez ici

Dans ARTICLES, MATERIEL

COMMENT DÉCLENCHER SON FLASH COBRA A DISTANCE ?

Après l’article COMMENT CHOISIR SON FLASH COBRA ? voici l’article COMMENT DÉCLENCHER SON FLASH COBRA A DISTANCE ?

Installé sur la griffe de votre appareil photographique, votre flash se déclenche automatiquement, sans équipement supplémentaire, au moment où vous prenez votre photo. Mais ce n’est pas le cas si vous positionnez votre flash cobra à distance, notamment fixé sur un pied, posé sur un support ou encore à bout de bras. Pour pouvoir déclencher votre flash à distance, vous devrez posséder un système de déclenchement composé d’un déclencheur appelé aussi émetteur et d’un récepteur que l’on appelle également en version anglaise : triggers.

Laurent Legeay vous livre, dans une suite d’articles, toutes ses astuces, sa passion et son expérience des « flashes » pour vous aider à comprendre et à maitriser cette technique d’éclairage artificiel.

Dans ce second article vous découvrirez les différentes caractéristiques des systèmes de déclenchements des flashes cobras à distance ainsi quelques conseils d'achats :

1) QUELQUES NOTIONS DE BASES A MAITRISER !

 FLASH MAITRE / FLASH ESCLAVE OU ASSERVI

Pour faire fonctionner l’ensemble d’un système de déclenchement à distance d’un ou de plusieurs flashs cobras, vous devrez posséder un dispositif de déclenchement appelé « maître ». Ce dispositif de déclenchement peut se présenter de plusieurs façons :

  • Dispositif de déclenchement intégré directement dans votre flash cobra.
  • Dispositif de déclenchement intégré au flash interne de votre boitier.
  • Dispositif de déclenchement dédié et indépendant de type « optique« .
  • Dispositif de déclencheur dédié et indépendant de type « radio« .

Ce dispositif de déclenchement « maître » se place sur la griffe flash de votre boitier.

Ce dispositif de déclenchement « maître »  va alors commander à distance, le déclenchement d’un ou de plusieurs flashes cobras « asservis » appelés également « esclaves ». A noter que les flashes « esclaves » sont totalement passifs et ne font que ce que le « maître » leur demande !

 METTEZ VOS FLASHES SUR LA MÊME FRÉQUENCE !

Pour fonctionner correctement, vous devrez néanmoins vous assurer que l’ensemble de vos flashes et dispositifs de déclenchements soit réglés sur le même « canal », c’est à dire sur la même fréquence optique ou radio.

2) LES SYSTÈMES DE DÉCLENCHEMENTS OPTIQUES

Les systèmes de déclenchements optiques commandent les flashes à distance grâce à un signal lumineux. Ce sont les premiers systèmes a avoir été développés, notamment par les deux grandes marques Nikon et Canon.

LES AVANTAGES DES SYSTÈMES DE DÉCLENCHEMENTS OPTIQUES

  • Ils sont parfaitement compatibles avec les boitiers et toutes les fonctions « flash » de leur marque.
  • Ils demandent pas ou peu de matériel supplémentaire : un flash maître compatible ou un déclencheur spécifique tel le SU800 Nikon ou le ST-E2 Canon.
  • Ils sont très faciles à mettre en œuvre et suivant les boitiers, les flashes intégrés peuvent même servir de flash maitre.
  • Ils sont très efficaces et fonctionnement bien en extérieur même en plein soleil.

LES INCONVÉNIENTS DES SYSTÈMES DE DÉCLENCHEMENTS OPTIQUES

  • Leur portée d’action est limitée entre 10 et 15 mètres. Néanmoins, cette limite de fonctionnement est relative car vous vous positionnez rarement à 15 mètres de votre sujet.
  • La cellule de déclenchement du flash distant doit être toujours et obligatoirement en vue directe du flash maitre présent sur le boitier :  » Ce dernier point n’étant pas toujours critique puisqu’il m’est arrivé de faire fonctionner un flash cobra complètement enfermé dans une boite à lumière. Le signal de commande de mon flash « maître » passait parfaitement à travers le tissu translucide de la boite à lumière. »

Si aujourd’hui, on ne trouve plus qu’en occasion le ST-E2 Canon, le SU800 Nikon est toujours d’actualité puisqu’il fait partie du système d’éclairage macrophotographique Nikon.

  • Pour découvrir et / ou acheter le déclencheur SU800 de Nikon : cliquez ici !!!

Par contre, nombre de flashes Canon ou Nikon, mais aussi de marques indépendantes en particulier Yongnuo ou Godox permettent de commander optiquement d’autres flashes.

A noter enfin que certains flashes Nikon possèdent une cellule de déclenchement passive, le mode SU4 qui leur permet de s’intégrer en mode manuel dans des systèmes de marques différentes ou avec des flashes de studio. Ce mode particulier se décline en mode S1 ou S2 sur beaucoup de flashes d’autres marques.

3) LES SYSTÈMES DE DÉCLENCHEMENTS RADIOS

Les systèmes de déclenchements radios ne sont fondamentalement pas différents des systèmes de déclenchements optiques. Les fonctions restent les mêmes, seul le signal de déclenchement change. Il ne s’agit plus d’un signal lumineux mais d’une onde radio.

Cela permet de s’affranchir de la distance puisque les flashes asservis peuvent être placés entre 30 et 100 mètre et ne doivent plus être positionnés obligatoirement en vue directe du déclencheur « maître ». Cela ouvre de nouvelles perspectives de placement des flashes, qui étaient initialement impossibles à réaliser avec le système optique.

Les systèmes de déclenchements radios proposent deux niveaux de fonctionnement et de commande des flashes différents :

  • Les systèmes les plus simples ne font que déclencher les flashes distants. Le réglage de la puissance du flash se fait directement sur ce dernier.
  • Les systèmes les plus évolués permettent quant à eux de déclencher les flashes à distance mais aussi à l’instar des systèmes optiques, de pouvoir constituer des groupes d’un ou de plusieurs flashes et d’y attribuer des réglages différents, notamment la puissance des flashes en mode manuel mais aussi en TTL, ainsi que la valeur du zoom et bien d’autres fonctions.

3 SYSTÈMES DE DÉCLENCHEMENTS RADIOS SIMPLES : CACTUS V5, CACTUS V6 ET RF603II DE YONGNUO

 » Parmi les systèmes simples, je retiens la série des Cactus V5, Cactus V6 et les Yongnuo RF603II. Si les Cactus V5 sont parfaitement compatibles avec pratiquement tous les boitiers existants, les RF603II existent en version Canon et Nikon uniquement mais sont compatibles aussi avec n’importe quel boitier. Ils servent aussi bien d’émetteur que de récepteur. Leur mise en œuvre est simple. Il faut un émetteur sur l’appareil photo et autant de récepteurs que de flashes à commander. Une fois le canal de transmission réglé sur l’émetteur et le(s) récepteur(s), ils sont opérationnels. Les flashes devront êtres réglés en mode manuel. La puissance et le zoom se règlent sur chaque flash. Une seule limite : la vitesse de synchronisation maximale est fixée à 1/250ème de seconde. »

« Le cas des Cactus V6 est un peu particulier puisque ces derniers vont utiliser des signaux TTL pour commander les flashes asservis en mode manuel. Cela permet de régler à distance la puissance des flashes. La griffe est universelle Canon/Nikon mais ne se limite pas à ces deux marques. Après une mise à jour du firmware, la version 2 permet aussi de faire fonctionner les flashes distants en TTL. Personnellement, je trouve leur interface lourde et peu intuitive et l’écran est trop petit. »

2 MARQUES A RETENIR POUR LES SYSTÈMES DE DÉCLENCHEMENTS RADIOS ÉVOLUÉS : YONGNUO ET GODOX

« Parmi les systèmes évolués, je retiendrais deux marques : Yongnuo et Godox. Chez Yongnuo, les Canonistes seront à la fête puisqu’ils vont trouver à des prix très abordables des clones parfaits des modèles phares de la marque comme les flashes YN600EX-RT et le déclencheur associé YN-E3-RT mais aussi le récepteur YN-E3-RX qui leur permettra d’utiliser tous les flashes Canon ou leurs clones avec l’émetteur YN-E3-RT. Bien entendu, les incontournables YN622-C et l’émetteur YN-622C-TX seront de très bons choix. »

« Les Nikonistes ne seront pas en reste puisqu’ils retrouveront l’intégralité et la facilité de mise en œuvre du système flash Nikon dans les émetteurs récepteurs YN622N et l’émetteur YN622N-TX. »

« Par contre, les possesseurs d’autres marques comme Sony, Panasonic, Olympus et Fuji resteront sur leur faim puisque Yongnuo ne propose pour l’instant que du matériel compatible Canon ou Nikon. C’est là qu’intervient mon autre choix, à savoir Godox… Non seulement cette marque propose du matériel compatible Canon et Nikon mais aussi Sony, Olympus, Panasonic et Fuji. La gamme Godox est à l’heure actuelle la plus cohérente et la plus complète du marché. En plus de proposer de nombreux flashes cobras, Godox propose également des flashes de studio et surtout des flashes de studio portables comme le flash AD200 : 200ws de puissance, soit l’équivalent de 3 flashes cobra dans la taille d’un gros flash cobra, le tout avec récepteur embarqué compatible multi-marques. Cette gamme de flashes reconnait le type d’émetteur lui envoyant un signal. Pour avoir testé ce modèle avec un appareil photo Sony alpha 6000 et l’émetteur Godox X1Ts, c’est redoutable d’efficacité ! »

« Je retiendrais les émetteurs de la série X1 qui se déclinent sous la dénomination X1Tc pour Canon, X1Tn pour Nikon, X1Ts pour Sony et X1To pour Olympus et Panasonic et XT1f pour Fuji. Les récepteurs pour Canon étant les X1Rc, Nikon X1Rn et Sony X1Rs. Il n’y a pas de récepteurs pour les marques Olympus, Panasonic et Fuji. Ils devront donc être utilisés avec des flashes Godox. Les nouveaux émetteurs de la série X-Pro sont disponibles en version Canon, Nikon et Fuji. »

Quelque soit la marque et le modèle retenu, ces systèmes permettent la gestion des flashes aussi bien en mode manuel que TTL ou une combinaison des deux. L’accès à la synchronisation haute vitesse, la synchronisation sur le second rideau, le mode multi-flashes, la gestion du zoom et des groupes de flashes ainsi que bien d’autres fonctions.

La mise en œuvre n’est guère plus complexe que pour les systèmes simples. Il suffit d’un émetteur fixé sur le boitier et autant de récepteurs que de flashes asservis à commander. Il est à noter que de plus en plus de flashes sont équipés de récepteurs embarqués. Cela simplifie grandement la mise en œuvre mais surtout, a une grande incidence en terme de diminution des coûts du système.

4) EN CONCLUSION

« Que vous optiez pour un système de déclenchement simple ou évolué, je vous conseille les systèmes de déclenchements radios. Leurs possibilités sont énormes et c’est l’avenir ! Les fabriquants abandonnent tous le système optique au profit du système radio avec récepteur embarqué sur les flashes. Les déclencheurs proposent de plus en plus de fonctions comme par exemple chez Godox avec le nouvel émetteur XPro, la conversion d’une mesure TTL en équivalent manuel, un petit avant goût d’un flashmètre TTL… »

« Côté évolution des systèmes de déclenchements, on peut se prendre à rêver à l’avenir… Pourquoi pas un système dont l’interface se ferait à partir d’une application pour tablette ou téléphone portable avec possibilité de mise en mémoire et rappel des set-ups déjà utilisés. Cela existe déjà pour certains matériels de studio alors : Wait and see !!! Et à bientôt pour le troisième article !!! Bises, Laurent »

Et pour aller plus loin dans votre apprentissage de la photo de portrait, pour vous donner des idées et ne plus jamais tomber en panne d’inspiration, vous êtes libre de recevoir mon CATALOGUE DE POSES 🙂 C’est simple, c’est gratuit et ça se passe juste en dessous !

N’oubliez pas également de me dire si cet article vous a plu 🙂 Notamment en me laissant un petit COMMENTAIRE !!!

Enfin, je compte sur vous pour m’aider à faire connaitre le BLOG « Apprendre la Photo de Portrait » notamment avec un petit PARTAGE auprès de vos contacts !

Merci pour tous !!! 🙂 et à bientôt, Pauline

Recherches utilisées pour trouver cet article :Déclencher un flash en flashant,types de photos,nikon flash distance,differents types de photos,declencher son flash a distance,déclencher le flash san déclencheur,déclencher flasher,declancher un flash cobra a distance avec un cactus,comment on utilise godox,comment declencher un flash a distance

, , ,

7 Commentaires pour COMMENT DÉCLENCHER SON FLASH COBRA A DISTANCE ?

  1. Guy DUPUIS dit :

    Bonjour Pauline
    Super article sur le flash je vais travailler le sujet

  2. Bonjour Pauline, super article mais serait-il possible de faire une vidéo pour montrer les différents réglages d’un émetteur et récepteur. Comment faire pour mettre un canal, à quoi sert le volet transparent devant le flash, pourquoi et quand faut-il s’en servir.
    Merci, pour tes vidéos je te suis depuis un bon moment et donc je te souhaite une très bonne année 2018, santé et surtout une bonne réussite pour ton studio.

  3. Stéphane dit :

    Bonsoir Pauline,
    Mon flash pentax possède un mode « esclave ». En utilisant mon flash intégré, je peux déclencher le cobra mais les limites sont vite atteintes. La lumière ambiante, la distance et l’angle. Aussi j’ai trouvé un petit déclencheur à distance radio sur amazon en premier prix. Il ne permet pas les modes auto mais c’est pas mal et au prix où c’est proposé aucun risque. Cela permet de faire les premiers pas avec un flash à distance.
    A propos j’ai une question :
    Lorsque j’utilise le petit diffuseur (sorte de mini softbox), je n’ai de bon résultat qu’en mode manuel(avec quelques essais). Le flash ne prenant pas compte du matériel ajouté. Est-ce le cas pour tous les flash ?

  4. Très bon article complet.
    Je suis d’accord sur l’utilisation de déclencheurs radio. Ils sont beaucoup plus pratiques et surtout à des prix bien plus abordables qu’il y a quelques temps.
    J’utilise notamment depuis 1 an et demi un flash Godox commandé par des déclencheurs Yongnuo YN-622 et à ce jour, ils ne m’ont jamais fait défaut.

  5. Fabrice Tailleur dit :

    Bonjour, super l’article.
    Petite remarque sur l' »ergonomie », cela serait sympa (peut-être) que le lien ouvre une autre page et ne quitte pas systématiquement ton blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.