Dans ARTICLES, ARTICLES POPULAIRES, POST-TRAITEMENT

POST-TRAITEMENT : LES 7 ERREURS DU PHOTOGRAPHE DEBUTANT

Le post-traitement est une étape incontournable dans le processus de création d’images. Photoshop, Gimp, Lightroom, les photographes débutants s’improvisent « apprentis sorciers » des curseurs et manquent très souvent de recul et de culture photographique nécessaire à la conception de visuels équilibrés de bon goût… Trop de contraste, manque de détails, peaux lissées, signatures grossières sont autant d’éléments que l’on rencontre trop souvent et qui perturbent l’expérience visuelle du spectateur. Photographe débutant, prendre conscience et connaissance de ce qu’il ne faut pas faire, c’est déjà progresser en soi 🙂

ERREUR 1 : CLARTE NEGATIVE ET CLARTE POSITIVE, SOYEZ PLUS TENDRE AVEC LES CURSEURS !

Photographe débutant, vous venez de faire vos premiers pas en photographie de portrait et vous rêvez de publier des visuels dignes des plus grandes couvertures des magazines de mode ! Vous rêvez de cette sublime photo « Beauty » avec ce top-model au teint parfait ! Alors vous cherchez, vous faites des tests dans différents logiciels de post-traitement et vous découvrez un jour le curseur magique de l’outil Clarté !!! A vous le pouvoir des peaux lissées 🙂 Personne ne peut vous arrêter ^^ Vous enlevez les rides, vous sublimez la peau, vous homogénéisez le teint… du moins, c’est ce que vous avez l’impression de faire ! Car en vérité, il n’en est rien. L’outil Clarté utilisé en négatif va tout simplement enlever du détail, mais pas seulement du détail dans les zones que vous souhaitez corriger. L’outil Clarté va lisser l’ensemble de votre image. Il va lisser la peau mais il va également lisser les yeux, les cheveux, les vêtements et donner un aspect global à votre image peu qualitatif. Retenez bien qu’une bonne retouche est une retouche qui ne se voit pas ! Il existe bien d’autres façons de travailler le teint d’une modèle, notamment avec l’outil pinceau ou le flou gaussien de Photoshop qui apparaissent beaucoup plus sélectifs et moins destructifs !

Pour aller plus loin : La clarté négative a été utilisée sur le visuel de gauche. La clarté positive sur celui de droite. Vous pouvez utiliser ce réglage avec subtilité pour ajouter du détail ou au contraire adoucir votre image.

ERREUR 2 : NON, LES FILTRES AUTOMATIQUES NE SONT PAS JOLIS !

De nombreux filtres automatiques sont disponibles sur les logiciels de post-traitement et il est vraiment très tentant et surtout très, voire trop facile pour un photographe débutant, de donner une certaine ambiance à ses photos d’un simple clic ! En vérité, nous l’avons tous fait un jour 🙂 Nous avons tous converti nos photos en sépia, ton froid, passé, photo vieillie, blanchiment, ton crème ou encore des filtres plus « fun » comme le filtre mosaïque, photocopie, peinture à l’huile, aquarelle… Mais il faut se rendre à l’évidence, bien que ce type de post-traitement soit à première vue « sympa », vous devrez apprendre à créer vos ambiances vous-même !!! Vous ne voudriez pas finalement publier des visuels qui ressemblant au profil Instagram des adolescents ? Alors encore une fois, bannissez les automatismes et testez par vous-même pour découvrir les bons réglages…

filtres-lightroom

ERREUR 3 : RECADRER ? OK MAIS RECADRER BIEN !

Certains photographes sont précis et réussissent à cadrer leurs clichés dès la prise de vue. Mais rassurez-vous, cela ne concerne qu’une petite minorité d’entre nous. Pour les autres, ça se passe au post-traitement ! Et c’est une retouche vraiment très simple 🙂 Faut-il toute fois la réaliser convenablement… Alors voici quelques petites règles ou petits conseils à respecter :

  • Des cadrages normalisés existent 🙂 Appuyez-vous sur ces derniers pour recadrer vos portraits : LES 10 REGLES D’OR DU PHOTOGRAPHE PORTRAITISTE
  • Ne laissez pas d’espace inutile à l’intérieur de vos compositions.
  • Essayer de supprimer toutes les zones qui pourraient attirer le regard du spectateur (zone de lumière, élément perturbateur…)
  • Ne coupez pas les membres de vos modèles au niveau des l’articulations. Si vous devez recadrer, faites le entre les articulations.
  • Evitez de couper les mains.
  • Evitez de couper toutes parties, vêtements, accessoires qui devraient, d’un point de vue esthétique, apparaitre dans le visuel.
  • Si votre modèle est de profil, cadrez-le sur un côté pour conserver un espace devant son regard.
  • Enfin, d’autres conseils sont surement à donner, alors n’hésitez pas à donner le votre en commentaire 🙂

ERREUR 4 : LA DESATURATION PARTIELLE N’EST PAS DE BON GOUT 🙁

La désaturation partielle consiste à post-traiter une photo en noir et blanc tout en conservant un ou plusieurs détails en couleurs. Grande tendance kitchissime des bouquets de mariés ou des photos de nouveau-nés, cet effet, disons-le est vraiment, totalement, infiniment ringard et de mauvais goût ! Alors oui, c’est simple à réaliser et ça donne un petit effet original… petit l’effet hein ^^ Tellement simple que certains smartphones le font tout seuls ^^ Donc encore une fois, si vous souhaitez progresser, ne perdez pas votre temps sur ce style. Testez une fois puis passez à autre chose 😉 – exemple d’une dénaturation partielle ci-dessous, à gauche –

ERREUR 5 : LE CONTRASTE C’EST IMPORTANT… MAIS PAR PITIE CONSERVEZ DES DETAILS !

Le contraste est une propriété intrinsèque d’une image qui quantifie la différence de luminosité entre les parties claires et sombres d’un cliché. Il donne une dynamique, un sens, une valeur au visuel. Pas besoin d’en dire plus pour justifier de son importance. Le réglage du contraste est donc une étape incontournable du post-traitement. Et il existe une multitude de façons différentes de régler ce dernier. Les niveaux, les courbes, les hautes lumières, les ombres, les tons clairs, les tons foncés… sont autant de manières permettant de gérer les parties claires et les parties sombres d’une image. Néanmoins, tout comme pour l’outil clarté, les curseurs sont trop souvent poussés au détriment des détails du cliché. Pour réussir votre réglage du contraste, votre cliché devra conserver des détails dans les noirs et des détails dans les blancs. Si vos noirs sont devenus une surface unie, vous avez surement trop poussé vos parties sombres. Au contraire, si vos blancs sont devenus une surface unie, vous avez trop poussé vos parties claires. A vous donc de trouver le bon équilibre qui saura représenter des détails dans toutes les parties de votre image. Pour cela, n’hésitez pas à utiliser des corrections sélectives vous permettant d’intervenir partiellement sur votre image – exemple d’une photo trop contrastée ci-dessus, à droite –

ERREUR 6 : METTRE UN CADRE AUTOUR DE SES PHOTOS PERTURBE L’EXPERIENCE DU SPECTATEUR !

 

Vous trouvez que c’est joli de mettre un cadre autour de vos photos… Et puis si vous diffusez vos clichés sur les réseaux sociaux, ça permet aux gens de vous reconnaitre, de donner un style à vos visuels. Et bien non, c’est faux ! Mettre un cadre autour de vos clichés ne leur apporte rien, strictement rien ! Au pire, ça les désert en donnant un effet de manque d’espace. Et puis, donner du style à vos photos ? Ne pensez-vous pas que ce processus passe avant tout dans la réalisation et la composition du visuel ? Allez, ne perdez plus de temps à ajouter toutes ses fioritures et ornements inutiles. Soyez simple et classique dans votre diffusion 🙂 – exemple d’un cadre inutile ci-dessous, à gauche –

cadre-signature-photo

ERREUR 7 : AJOUTER VOTRE SIGNATURE OU UN COPYRIGHT NE SERT A RIEN…

Le copyright n’a aucune valeur juridique en France. Ajouter votre signature sur une photo ne sert à rien. En plus, n’importe quel photographe peu scrupuleux utilisant un temps soit peu Photoshop, brandira l’outil correcteur pour envoyer définitivement votre signature aux oublis ! Alors de même que pour le cadre inutile, ne perdez pas votre temps, ne perturbez pas l’expérience visuelle du spectateur par l’ajout inutile de votre nom. Si une personne aime votre travail, elle saura vous retrouver. Et puis n’oublions pas l’existence des données exif et du fichier brut stocké dans votre ordinateur qui justifieront au besoin votre paternité de l’oeuvre 🙂

Photographe débutant, vous n’avez plus d’excuses pour progresser 🙂 Vous savez maintenant ce qu’il faut éviter de faire alors GO ! Mettez tout ça en pratique et créer de sublimes clichés !!!

exemple-post-traitement

Recherches utilisées pour trouver cet article :clarté négative,processus post-traitement

, , , , ,

5 Commentaires pour POST-TRAITEMENT : LES 7 ERREURS DU PHOTOGRAPHE DEBUTANT

  1. Patrice Hick dit :

    Je suis assez d’accord avec la (presque) totalité de l’article ! 🙂
    presque… pour ce qui est de la signature, jamais je ne m’en passerai et ce n’est pas pour une question de « paternité » ou autres « astuces contre le vol d’images » ,mais bien pcq une oeuvre d’art,ça se signe !
    bonne journée !

    • Pauline dit :

      Bonjour Patrice,
      Merci pour ce commentaire 🙂 Heureusement que nous ne sommes pas tous d’accord ! Après j’ai réfléchi à votre point de vue et effectivement, si on hisse une photographie au rang d’oeuvre d’art, pourquoi ne pas la signer 🙂 Après c’est peut être un autre débat ^^ Dans cet article, ce que je voulais mettre en avant, c’est qu’il y a de nombreux photographes qui imposent sur leurs clichés des énormes et grossières signatures qui dénaturent totalement le visuel. Il existe sans doute un juste milieu 🙂

      • by Funny G' dit :

        Le juste milieu permet de signer avec élégance, par une jolie police d’écriture ou un logo, mais pas dans le champ important de l’image, et d’une taille assez petite pour être trouvée et comprise, quitte à devoir agrandir le cliché pour le décrypter.
        Dans les magasines de musique, il est d’usage de se signer avec tact pour les crédits.

  2. D’accord sur presque tout…
    Le cadre : Bien que je ne le fasse pas pour des photos qui ont vocation à être postées sur le web, un cadre, si, est très important, surtout si on effectue un tirage et qu’on les expose publiquement.
    Bonne journée

    • Pauline dit :

      Bonjour,
      Merci pour ce commentaire 🙂 Néanmoins, je ne suis pas d’accord avec vous ^^ Pour avoir visité pas mal d’expositions, j’ai constaté que le cadre n’était plus vraiment d’actualité. Les photographies sont en général présentées de façon assez brutes et épurées, contre collées sur des supports rigides tels que l’alu-dibond ou le forex… J’ai moi-même utilisé des cadres il y a presque 10 ans de ça mais j’avoue être tentée maintenant par ces nouveaux supports qui présentent finalement, l’essentiel 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *